Pierre ponce

Posté par tortuebabou le 21 juin 2010

Autant vouloir détourner le cours du Mississipi
Autant me demander l’impossible
J’aurais pu l’oublier le jour mais pas la nuit
Le corps a une mémoire infaillible
Il m’a tellement caressé
Tellement embrassé
C’était le roi du bavardage tactile
Elles sont là bien imprimées
Toutes ces empreintes cutanées
Comme dans la roche les fossiles
Peuvent elles disparaître
Question posée sans espoir
Grâce à quelques mixtures magiques
Voyageuses du temps
Ces douceurs d’amour que tous les soirs
Par la voie dermatologique
Me reviennent
Seraient elles inaltérables

Comme pour en effacer la réponse
Je frottais ma peau à la pierre ponce
Je frottais ma peau à la pierre ponce
Je frottais ma peau à la pierre ponce

Comment ne plus penser à tout c’qui s’est inscrit
En lettre d’amour venant de lui
Gravées à jamais imperméables à l’oubli
Sur ma surface corporelle

Comment se débarrasser
De la présence du passé
A la nostalgie comment mettre un terme
Ca s’jette pas comme du papier
Comme une lettre qui peut brûler
Quand c’est une question d’épiderme

Peuvent elles disparaître
Se jeter dans un trou d’mémoire
Grâce à quelques sort maléfiques
Voyageuses du temps
Ces douceurs d’amour qui tous les soirs
Par la voie dermatologique
Me reviennent
Seraient elles inaltérables

Comme pour en effacer la réponse
Je frottais ma peau à la pierre ponce
Je frottais ma peau à la pierre ponce
Je frottais ma peau à la pierre ponce… (bis)

Chanson de Michel Jonasz

.

Laisser un commentaire

 

idées en l'air |
Et si on parlait ! |
okahandongo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la caverne des sports
| mes créations et passions
| lescousines72